Retour en cartes

Les BRICS : une plateforme de coopération entre pays émergents qui s'élargit

Carte illustrative des BRICS, montrant la coopération économique croissante entre les nations émergentes. Les membres actuels, les pays invités à rejoindre en 2024, et les participants aux dialogues BRICS+ y sont distingués.
Le 24 août 2023, en clôture du 15e sommet des BRICS, composé du Brésil, de la Russie, de l’Inde, de la Chine et de l’Afrique du Sud, le président sud-africain Cyril Ramaphosa annonce l’entrée de six nouveaux membres au sein du groupe. L’Argentine, l’Arabie saoudite, l’Égypte, les Émirats arabes unis, l’Éthiopie et l’Iran, qui avaient auparavant manifesté leur intérêt à rejoindre les BRICS, sont désormais officiellement invités à rejoindre le « bloc » dès le 1er janvier 2024.

Même si l’entrée de l’Afrique du Sud dans le groupe des BRIC (1) en 2011 constitue un élargissement de l’organisation, l’ouverture de cette dernière à six nouveaux membres est une première. En effet, jusqu’au sommet de Johannesburg, la question de l’élargissement du groupe était largement débattue. Alors que plusieurs pays ont officiellement déposé une candidature lors de l’année 2022 - année marquée par la présidence chinoise des BRICS - l’Inde, et dans une moindre mesure le Brésil, avaient exprimé leur désaccord avec l’ouverture du groupe à de nouveaux membres.

Conférence diplomatique entre pays ayant connu une croissance économique rapide, les BRICS aspirent désormais à peser sur la scène internationale en incarnant une plateforme de dialogue et de coopération entre pays du « Sud global » (2). Les BRICS, bien qu’ayant des intérêts divergents en interne, s’accordent sur leur volonté de donner plus de place aux pays émergents au sein des institutions internationales, qui ne reflèteraient plus la réalité du XXIe siècle. La création en 2014 d’une institution financière au sein du groupe, la Nouvelle banque de développement (NBD), en est un exemple probant, en accordant des prêts aux pays émergents avec des conditions moins « exigeantes » que celles du FMI. Cette institution financière avait déjà accueilli de nouveaux membres en 2021 (Bangladesh, Émirats arabes unis, Uruguay, Égypte), et accueillera probablement l’Arabie saoudite, qui a entamé des négociations avec la NBD en mai 2023.

Sur le plan politique, les BRICS peuvent s’apparenter à un « contre-pouvoir », en étant souvent perçu comme un concurrent du Groupe des 7 (G7) (3). En 2023, le groupe des BRICS représente 42% de la population mondiale, quasiment le tiers du PIB mondial et il compte également trois puissances nucléaires (Russie, Inde, Chine). Il est par ailleurs intéressant de voir que les États qui rejoindront le groupe en 2024 sont pour la plupart déjà membres du G20 (4) (Groupe des 20, comptant évidemment les membres du G7), conférant davantage d’importance au groupe des BRICS sur la scène internationale. La création d’un format de dialogue dit « BRICS Plus » en 2018, rassemblant des pays tels que l’Indonésie, le Kazakhstan, l’Égypte, l’Algérie, le Sénégal ou encore les Fidji, participe à l’attraction des BRICS pour les pays émergents, et à la croissance de son poids sur la scène politique internationale.

N.B. : Carte - Bahreïn est un État qui a officiellement exprimé son intérêt à rejoindre les BRICS (l’échelle de la carte ne permet pas d’identifier son aplat).

Copublication avec le Diploweb. Commentaire rédigé par Blanche Lambert, AB Pictoris. Copyright texte et carte août 2023-AB Pictoris-Lambert-Diploweb.com

(1) Les BRIC, groupe créé en 2009 par le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine, deviennent BRICS avec l’entrée de l’Afrique du Sud au sein du « bloc » en 2011.

(2) Expression très critiquée au sein des États occidentaux à cause de l’aspect politique qu’il revêt, mais largement utilisée par les pays membres des BRICS, et en particulier par la Chine, pour qualifier les « pays émergents » traditionnellement « non alignés ».

(3) Formé par les États-Unis, le Japon, l’Allemagne fédérale, le Royaume-Uni, la France, le Canada et l’Italie (l’Union européenne est également membre en tant qu’entité supranationale). La Russie, qui faisait également partie du G7 (anciennement, donc, G8), s’en est officiellement retirée en 2017, après sa suspension en 2014 à la suite de l’annexion de la Crimée (non reconnue par la communauté internationale).

(4) Le G20 est un forum intergouvernemental en place depuis 1999 et regroupant les 19 premières puissances économiques mondiales, ainsi que l’Union européenne. Les États fondateurs des BRICS, ainsi que l’Afrique du Sud, sont tous membres du G20.
Author page
Made on
Tilda